Author: PCN Magazine

covid19 fintech fintech europe interviews pandemic

(FR) Covid-19 – Temoignage de Frederic Leclef Directeur General Delegue de Lyf Pay



PCN est une agence de recrutement et de média spécialisée dans les Fintechs. Nous avons rencontré Frédéric Leclef, Directeur Général Délégué de de Lyf Pay, qui nous donne son point de vue sur cette crise, l’impact qu’elle a sur l’activité de cette entreprise ainsi que les dispositifs mis en place pour surmonter au mieux cette période de confinement.

Lyf Pay est une Fintech française qui propose une solution universelle de paiement mobile au service de la relation client. L’application Lyf Pay couvre un champ d’action extrêmement étendu : paiement en magasin (du petit commerçant à la grande distribution), achat sur Internet, scan & go, paiement entre amis ou même don à une association.

Quels sont les moyens que Lyf Pay met en place pour faire face à cette crise? Plus spécifiquement, qu’est-ce qui a été mis en place pour vos clients ? 

“Lyf Pay intervient dans divers secteurs d’activités. Nos secteurs principaux sont la grande distribution alimentaire, la distribution spécialisée, la restauration – notamment pour accompagner ces acteurs dans la mise en œuvre de solutions permettant d’améliorer l’expérience client. Nous travaillons en parallèle avec des secteurs alternatifs comme l’événementiel (culturel, sportif…), les univers étudiants (BDE, BDS etc) et associatifs. Le paiement est la ponctuation de la relation commerciale dans toutes activités.

Nous avons tout d’abord constaté un arrêt brutal de la quasi-totalité de nos activités. Fermeture des écoles, des campus (écoles de commerce, fac etc), l’univers sportif, les festivals, les commerces non-alimentaires (habillement, beauté, maison), la restauration… 

Cette crise a exacerbé l’hétérogénéité du on-line et du e-commerce. Il y a d’un côté ceux qui sont aguerris à ces pratiques, et ceux qui ne savent pas le faire que ce soit culturellement ou par manque d’outils de l’autre. Rapidement, nous avons constaté qu’une grande majorité du business était à l’arrêt, à l’exception de des structures qui étaient en capacité de continuer leurs activités à distance d’une manière ou d’une autre. Beaucoup avaient l’ambition de continuer à distribuer (ex: commandes par téléphone, commandes de quartier…) mais n’avaient aucun moyen de faire payer, ni à distance, ni en proximité. Sur ce point, nous avons réagi très vite en mettant en avant l’une de nos solutions, Lyf Pro, qui permet d’encaisser à distance ou en mobilité (en proximité) des moyens de paiements qui sont évidemment les cartes bancaires, mais aussi Lyf Pay. 

Nous avons identifié trois secteurs d’activité à fort potentiel par rapport à ce moyen de paiement.

Le premier est le secteur des professionnels de santé au sens large. Certes il y a la téléconsultation mise en place par les plateformes dédiées. Tous les acteurs de la santé ne sont cependant pas éligibles à la téléconsultation mais pour autant continuent leurs activités qui requièrent un moyen de paiement adapté. C’est le cas par exemple des psychologues, des antennes SOS médecins, des sages-femmes.

Deuxièmement, nous avons identifié le même besoin dans le cadre des dispositifs solidaires qui se sont mis en place. Nous sommes partenaires de l’opération Croix Rouge chez vous où des milliers de bénévoles de la Croix-Rouge française utilisent Lyf Pro lors de leurs livraisons solidaires comme moyen d’encaissement. 

Le troisième secteur est celui de la distribution alimentaire. Vous avez peut-être vu que certaines enseignes ont mis en place un numéro vert pour les livraisons. Le problème est qu’elles n’ont pas forcément de terminaux autonomes pour encaisser en mobilité lors de la livraison. C’est aussi vrai pour votre fromager ou votre boucher qui proposent le même service sans avoir les outils pour encaisser. 

Ainsi, les professionnels de santé, les associations caritatives et la distribution alimentaire se sont retrouvés avec ce besoin de pouvoir encaisser des paiements à distance. Ce n’est pas une application nouvelle, nous avions déjà plus de 15 000 clients actifs et donc n’avons subi aucun délai en termes de mise en œuvre. Nous avons alors pris la décision de rendre les commissions de paiement gratuites jusqu’à la fin de la période de confinement en réponse solidaire à la crise sanitaire.”

Quels impacts avez-vous observé suite à la mise en avant de votre application Lyf Pro?

“On ne peut pas encore parler de chiffres mais la courbe croit et nous avons en effet observé des impacts très positifs. Il y a encore beaucoup d’inconnues sur l’impact que ça pourrait avoir dans la phase d’après. Globalement, il y a deux temporalités, la première, l’actuelle, qui consiste à aider l’écosystème en général. Beaucoup d’acteurs contribuent d’une manière ou d’une autre à la mise en place de solutions pour faire face à la crise. C’est une réaction solidaire et humaine, ce qui est très positif. Ensuite viendra la temporalité de « l’après Covid-19 » et effectivement, nous commençons à y réfléchir activement. 

Il y aura donc un avant et un après. Le changement pourra avoir lieu au niveau de l’accès aux canaux numériques. On voit bien que ceux qui étaient équipés et ceux qui ne l’étaient pas n’ont pas réagi de la même manière. Nous allons affiner certains éléments de notre proposition de valeur par rapport à ce que l’on percevra être prioritaire dans l’après Covid.”

Qu’est-ce que vous avez mis en place en interne? 

“En interne cela se passe très bien. Nous sommes une société du numérique et nous télé-travaillions. Nous sommes simplement passés d’un modèle hybride à un modèle ‘full’ télétravail. 

Nous essayons d’apporter une certaine liberté organisationnelle qui est clef pour pouvoir apporter cette souplesse. Nous avons aussi plusieurs dispositifs d’animation en interne pour apporter du lien et assurer une certaine dynamique : cafés virtuels, visioconférence ‘all hands’ hebdomadaire, canaux Slack pour sortir un peu du contexte professionnel, etc…” 



Pensez-vous que cette crise va booster le secteur des Fintechs?

“ Cela va certainement booster les Fintechs. Peut-être que certaines vont disparaître mais cela sera lié à des problèmes de trésorerie ou de financement pendant cette période inédite. Sur le principe, nous sommes convaincus que le monde d’après va être construit sur la base de notre écosystème d’innovation. Il y a aura plus de possibilités pour le commerce de se diffuser ‘online’, notamment via des plateformes innovantes dont nous faisons partie.

Je rajouterai qu’un ‘set up’ hybride comme le nôtre, alliant la robustesse et la puissance de grands groupes à l’agilité d’une petite structure est le bon format pour réussir.”

Recommended posts

New podcast: An Interview with Tom van Wees and Roderick de Koning, CCO and CEO of Ginger Payments